Le « Bild » : un ex-voto monumental dans la forêt de Siersthal

IMG_9403

Le « Bild » – vue d’ensemble

Les petits rochers affleurant dans le Pays de Bitche et plus généralement dans les Vosges du Nord, ont servi depuis des temps immémoriaux, de supports à la dévotion populaire. De l’époque gallo-romaine, nous conservons encore quelques très beaux exemples, tels que le Dreibildstein ou encore la Bildmühle, tous deux situés à Lemberg. Mais cette pratique a su perdurer, et le Bild de Siersthal en est le plus bel exemple tardif.

Une sculpture populaire

Le simple rocher fut rehaussé à la fin du XVIIIe siècle, d’un important bas-relief représentant la Pietà rayonnante, dans un encadrement cintré. On retrouve de part et d’autre, le Cœur Sacré de Jésus et le Cœur Immaculé de la Vierge Marie, souligné d’un « Ave » gravé dans la pierre.

La sculpture présente des maladresses suffisamment marquées, permettant d’affirmer qu’il s’agit d’un travail populaire, exécuté par un sculpteur amateur. Toutefois, il faut noter un effort certain dans la composition, trahissant la connaissance de modèles plus aboutis. On peut aussi remarquer la position intéressante de la main gauche du Christ, placée artificiellement face au spectateur pour mettre en évidence sa plaie et traduisant une réflexion sur l’iconographie. L’auteur du bas-relief a ainsi souhaité insister sur la contemplation des douleurs du Crucifié.

L’ensemble des sculptures est aujourd’hui peint dans des couleurs criardes et modernes… Si cette polychromie est maladroite, elle est à l’image de ce qu’a pu être celle d’origine : vive et naïve. Bien entendu, les couleurs et notamment le rose, ne correspondent pas pour autant aux teintes d’origines. Enfin, les peintures employées pour les dernières rénovations du monument, sont imperméables et ne laissent pas respirer la roche, qui conserve de ce fait son humidité. Cette rétention d’eau dans le grès peut précipiter à long terme la dégradation des reliefs. C’est ce que l’on observe par exemple trop souvent au niveau des anciennes croix de chemins qui jalonnent notre paysage….

Voici ci-dessous le scan 3D du monument :

Rocher sculpté dit « Bild » près de Siersthal
by vosges-du-nord.fr
on Sketchfab

L’ex-voto de Marx Meyer

Si de nombreux rochers ont été des lieux de cultes païens christianisés, à l’instar de la source Saint-Hubert, ou encore du Breitenstein, le Bild a véritablement été créé ex-nihilo, en reconnaissance à la Vierge Marie pour une grâce accordée à l’un des habitants de Siersthal. Cet ensemble sculpté a été réalisé aux frais de Marx Meyer et la raison nous est énoncée dans l’inscription aux pieds de la Pietà :

IMG_9405

Inscription aux pieds de la Pietà

IMJAHR1796▪FON▪DEM▪ERSCHRECKLIHEM▪NIDER▪FALENS▪DES▪RINDFIHG▪DENK▪ZEIGEN▪MARX▪MEYER▪ZUR▪HILF 

En l’an 1796, pour l’aide durant le terrible événement qui s’est abattu sur les bœufs, Marx Meyer reconnaissant

En effet, une épidémie décima le bétail du village de Siersthal à la fin du XVIIIe siècle et il semblerait que notre donateur ait été bien épargné durant ce terrible événement.

La Pietà, un choix iconographique intéressant

IMG_9406

« Bild » de Siersthal – La Pietà

Si la Vierge de Pitié est un thème iconographique très fréquent dans le Pays de Bitche et dans les Vosges du Nord (voir par exemple notre article sur la chapelle de l’Étang à Bitche), il pourrait sembler étonnant de la retrouver ici sur ce rocher ! En effet, n’est-il pas incongru pour notre regard moderne, de voir l’image de la Vierge portant son fils mort, associée à un épisode d’épizootie ?

On s’attendrait d’avantage à découvrir une Pietà dans un cimetière, ou sur une croix de chemin, commémorant la mort d’un passant… Elle nous rappellerait alors dans ces cas particuliers, l’espoir du fidèle, de partager la Résurrection du Christ !

Pourtant, dans le cas du Bild, c’est la préservation du bétail de Marx Meyer qui est illustrée par la Pietà. Or, il ne faut pas oublier que c’est du bétail que dépend la prospérité et même la survie d’une communauté rurale. La mort des animaux signifie pour les villageois la perte de ses richesses, d’une force de travail irremplaçable, et bien sûr une perte de leur nourriture… La menace que représente un tel drame, devait inspirer aux villageois une terreur suffisamment profonde, avec l’inquiétude de la mort qui guette : l’image de la Vierge de Pitié a dû s’imposer naturellement dans l’esprit des dévots.

Conclusion

Le Bild est l’exemple le plus marquant de dévotion rupestre moderne dans le Pays de Bitche. Véritable ex-voto, la sculpture nous rappelle un événement dramatique pour les villageois de Siersthal, et nous renseigne sur les mentalités rurales à la fin du XVIIIe siècle, dans une petite localité des Vosges du Nord.

Une fois sur place, profitez-en pour aller observer la splendide Madeleine de Michael Mihm, toujours à Siersthal, ainsi que le Chêne des Suédois, à Reyersviller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *