Randonnée pédestre au départ de Dambach, à destination des ruines du Hohenfels

Distance : 3,8 Km
Dénivelé positif : 160 mètres
Durée : 1h30 à 2h visites incluses
Difficulté : facile compte tenu de la faible distance couverte, mais le dénivelé est raide par endroit.

IMG_3204

Barre rocheuse de la ruine du château de Hohenfels

Nous vous proposons une idée de petite randonnée, idéale pour découvrir en peu de temps, bon nombre de thématiques que nous avons évoquées dans nos articles ! Vous découvrirez une crête rocheuse constituant un agréable mélange entre patrimoine naturel et historique. Nous vous emmènerons ensuite aux ruines du Hohenfels par un itinéraire en dehors des sentiers balisés et des larges chemins d’exploitations.

Le départ s’effectue dans le village de Dambach, où vous pourrez aisément vous garer au niveau de l’église. A partir de là, longer la rue principale en direction de Neunhoffen sur deux-cents mètres avant de bifurquer sur votre gauche sur la rue du Lion. Impossible de rater ce tournant, un panneau indiquant les ruines du Hohenfels et arborant la balise en croix jaune du Club Vosgien vous indique la direction à prendre.

Suivre la rue du Lion qui se transforme rapidement en chemin d’exploitation agricole avant de s’engouffrer dans la forêt. Vous arriverez alors à un embranchement vous offrant les possibilités d’aller à gauche, tout droit ou à droite. Ne vous trompez pas, c’est bien à droite qu’il faut prendre, abandonnant ainsi le balisage de la croix jaune ! Le chemin décrit un large virage pratiquement à 180° avant de longer une colline rocheuse sur la gauche. Dès lors que la piste rejoint l’extrémité de la crête, quittez-la en grimpant sur le petit talus afin de rejoindre un premier rocher à quelques mètres du chemin. Vous pourrez y voir des traces anciennes d’excavations et des piquets métalliques datant sans doute de la seconde guerre mondiale.

Il vous faudra alors contourner ce rocher par la droite pour rejoindre un petit sentier à peine dessiné, qui monte vers le sommet du relief. Vous arriverez ensuite à un petit plateau rocheux sur lequel il est possible de grimper aisément. Vous pourrez y admirer le rocher de la Belle Vue qui se trouve de l’autre côté de la vallée, sur le Modenberg. En poursuivant le chemin, vous tomberez immédiatement sur une autre barre rocheuse, plus imposante, comportant des niches naturelles dans lesquelles se trouvent des fleurs artificielles. Il y avait, il n’y pas si longtemps encore, des statuettes de la Vierge Marie, témoignant d’une dévotion particulière liée à ce lieu. Nous retrouvons une fois de plus la concomitance entre croyances et affleurements géologiques, comme nous l’avons évoqué à travers un certain nombre d’articles. Plus loin, il est possible de grimper sur le rocher. Il est composé de deux parties séparées par une petite faille qu’il est possible d’enjamber, afin de pouvoir constater la présence d’un ancien poste d’observation militaire, datant de la seconde guerre mondiale. En imaginant le secteur moins boisé, il est facile de comprendre le rôle stratégique d’un tel promontoire, depuis lequel il était possible de surveiller toute la vallée de Neunhoffen à Dambach, fortifiée par Maginot. Enfin à l’extrémité Ouest de cet affleurement, vous pourrez observer quelques stries de polissage préhistoriques auxquelles nous avons consacré un article détaillé.

 

Toujours en longeant la crête, vous tomberez sur un chemin d’exploitation forestière. Il faudra le traverser en direction de deux petits rochers bien visibles en face de vous et qu’il s’agira de contourner par la droite, afin de découvrir un second polissoir du Néolithique. Poursuivre sur la ligne de crête. Vous observerez encore quelques affleurements gréseux plus modestes : vous bénéficierez surtout d’une vue imprenable en direction de Neunhoffen, mais aussi et surtout sur les rochers du secteur du Kleiner et Grosser Hundskopf (en partie dans la Réserve Naturelle des Rochers et Tourbières du Pays de Bitche) ainsi que de l’imposant Geierfelsen.

Vous arriverez ensuite au niveau d’une nouvelle barre rocheuse plus imposante : il s’agit de la première partie du Hohenfels, ruine d’un château fort médiéval. Il est possible d’y grimper par un petit escalier taillé à même la pierre. Au sommet, la vue est obstruée par les arbres, mais il est possible d’observer un certain nombre de vestiges, notamment une citerne taillée dans le roc.

 

Le Hohenfels est un château-fort datant du XIIIe siècle dont la fonction a vraisemblablement été d’exercer un contrôle sur la vallée du Schwartzbach. La seconde partie de la ruine est perchée sur un rocher qui vaut vraiment le détour. Sur sa partie Nord, l’érosion est spectaculaire et revêt des aspects très variés. Sur la partie Sud, ce sont les excavations et les éléments de maçonnerie du château-fort encore bien visibles, qui s’offrent au promeneur. La visite de la ruine n’est cependant que partiellement possible : les parties les plus hautes comportant le logis ne sont pas accessibles, faute de voies d’accès.

 

Dernière étape avant le retour ; un rocher pourvu d’une ancienne échelle métallique

Poursuivre l’ascension vers l’Ouest en retrouvant brièvement un chemin d’exploitation forestière que l’on quittera aussitôt que celui-ci se dédouble. Prendre alors tout droit en direction d’un petit rocher suivi de deux autres à proximité. Le dernier d’entre eux est marqué par un ancien polissoir rituel très érodé à son extrémité Ouest, mais est surtout muni d’une échelle métallique permettant l’accès à son sommet. Si les arbres empêchent de bénéficier d’une vue imprenable du Falkenberg jusqu’à Neunhoffen, il est tout de même possible de constater la présence d’une profonde rigole taillée à même le roc. Elle était destinée à accueillir une pièce d’artillerie lors de la Seconde Guerre Mondiale, qui disposait alors d’un angle de tir stratégique au Nord, en direction de la frontière.

La petite randonnée touche à sa fin. Pour l’itinéraire du retour, il suffit de rebrousser chemin jusqu’au Hohenfels d’où il faudra suivre la croix jaune qui vous ramènera jusqu’à Dambach !

Bonne marche, et n’oubliez pas les appareils photo !

La découverte des différents sites se fait sous l’entière responsabilité du visiteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *